La répression des fraudes épingle le secteur du diagnostic immobilier

28 décembre 2006 0:14 - Le buzz immobilier

“La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a relevé “un taux d’anomalie supérieur à 50%” dans le secteur du diagnostic immobilier. Telles sont les conclusions d’une enquête qu’elle a rendu publique jeudi. rendues publiques jeudi. La DGCCRF, qui a étudié 420 sociétés (entreprises de diagnostics immobiliers, agences immobilières et notaires) dénonce notamment “une information peu fiable” et plaide pour “une indépendance à améliorer”.

Sur les 210 rappels dressés, 60 ont porté sur l’affichage des prix, 60 sur la délivrance de note, 43 sur les règles de facturation, 37 sur la publicité et 10 sur la qualification professionnelle.”

L’Expansion.com, La répression des fraudes épingle le secteur du diagnostic immobilier, le 28/12/2006

Articles liés
  1. Immobilier : la baisse confirmée à Paris, - 2 % au T4 2013 “Le prix moyen au m² dans la capitale a reculé de 2 % au 4e...
  2. Immobilier : cailloux et gros sous Cailloux & gros sous, ça fait du bien par où ça passe : l’immobilier, l’enrichissement...
  3. L’immobilier à la lumière des critères architecturaux “Là où les agences immobilières traditionnelles et les nouveaux “chasseurs immobiliers” se contentent de commercialiser...


1 commentaire to “La répression des fraudes épingle le secteur du diagnostic immobilier”

  1. stephanou a dit:

    Salut à tous,
    j’ai lu une grande part de ces commentaires.
    Voilà mon avis.
    Il faut bien comprendre qu’un agent immobilier est un businessman, il travaille pour faire du fric, à la com’.
    Quand on sait comment certains sont recrutés, cela fait peur (genre ex comptable, ou vendeur de chaussette…) donc ne vous étonné pas de vous faire arnaquer quelques fois (il y en a tout de même certains qui sont de vrai pro, il faut aussi se fier au bouche à oreille et à la réputation locale).
    En ce qui concerne l’association malsaine qu’il peut y avoir entre les agents et les diagnostiqueurs, il est vrai que certains sont obligés de reverser une com’ à l’agent s’ils veulent pouvoir travailler, mais il ne faut pas non plus en faire une généralité car un agent consciencieux (y en a) a, quand il l’a compris, intérêt que les diagnostics soient le plus juste, clair et juridiquement imbattable, car se sont les diagnostics qui protègent les vendeurs et donc les intermédiaires. Et oui, en cas de procédure engagé par l’acquéreur, c’est le vendeur qui est assigné, il se retourne ensuite contre le cabinet de diagnostic et son assurance (s’ils existent encore) et peut aussi se retourner contre l’agence immo, voir le notaire. Il existe plus de 6000 procédures en cours en france actuellement.
    Donc voilà mes conseils.
    Ne prennez pas le cabinet de diagnostic le moins cher, çà pue l’amateur et l’incompétence.
    Ne prennez pas le cabinet le plus cher, il profite soit de sa recommandation, soit de sa charge de travail en “tentant le coup”.
    Le mieux est de se renseigner auprés de la chambre des notaires et mieux encore auprés du notaire qui traitera le dossier de vente.
    Et surtout, renseignez vous sur l’assurance RCP que le cabinet possède, à savoir: le montant de garantie, l’étendue des prestations couvertes, et si le cabinet a déjà fait l’objet d’une procédure où il était en défaut.
    Au cabinet, demander lui les attestations de compétences pour tous les diagnostics que vous devez réaliser.

    On peut considérer le fait de devoir faire expertiser son bien comme un nouveau mode de racket, sachez que si vous n’accordez pas d’importance à cela et que vous faites le mauvais choix, en cas de problème futur, votre acquéreur ou le suivant (car si vos diagnostics sont encore valable ils peuvent être réutilisé par votre acquéreur, ce qui par enchainement, remontera jusqu’à vous, c’est comme pour les voitures…) peuvent demander la résolution de la vente (annulation) ou intenter une action en diminution de prix (du genre que c’est vous qui devrez payer le montant des travaux pour remettre tout en ordre.
    On voit bien par là que la réglementation est faite pour protéger l’acquéreur, et n’oubliez pas que quand vous vendez, c’est certainement pour acheter, et là vous serez bien content de pouvoir vous retourner contre quelqu’un pour régler les problèmes.
    Voilà, j’espère vous avoir un peu éclairé sur ce vaste sujet complexe et où le commun des mortels est insuffisamment informé.
    Signé un expert en diagnostic technique immobilier formé par le CEBTP, et particulièrement sur l’aspect juridique de la chose.

    stephanou

Donnez votre avis !